La prime énergie en 2023, comment en bénéficier ?

prime énergie

La prime énergie vous permet d’amortir le coût d’un certain nombre de travaux de rénovation énergétique. Alors, qui sont les opérateurs pouvant vous fournir cette aide financière ? Quels sont les travaux éligibles ? On vous explique tout au fil de cet article.

La prime énergie, c’est quoi ?

La prime énergie est une subvention qui vous est versée par les obligés du dispositif des CEE (certificats d’économies d’énergie), comme exposé sur cette page. Ces obligés sont les fournisseurs d’énergie et les grands distributeurs qui poursuivent des objectifs de réduction de la consommation énergétique sur l’ensemble du territoire.

Pour justifier auprès de l’Etat de la réussite de ces objectifs, ils doivent fournir des certificats d’économies d’énergie attestant qu’ils ont joué un rôle actif et incitatif auprès des consommateurs finaux en faveur de la rénovation énergétique.

Ces consommateurs finaux, ce sont les particuliers et les entreprises. Pour chaque opération de rénovation réalisée à l’issue d’une demande de prime énergie qu’ils proposent, les obligés reçoivent ces fameux CEE. En contrepartie, les bénéficiaires reçoivent quant à eux une somme à l’issue des travaux, qui leur permet d’en amortir le coût.

Qui peut en bénéficier ?

Absolument tous les foyers peuvent bénéficier de la prime énergie, qu’ils soient locataires, propriétaires occupants ou propriétaires bailleurs du logement concerné. Le montant de la subvention varie en fonction de la situation du foyer.

Il faut pour cela que les travaux effectués correspondent aux fiches d’opérations standardisées des CEE et qu’ils soient réalisés par un artisan RGE (reconnu garant de l’environnement). Par ailleurs, la demande de prime doit être effectuée avant de signer le devis des travaux, afin que l’opérateur puisse attester avoir joué un rôle actif et incitatif auprès de l’opérateur.

A noter qu’une seule demande de prime énergie peut être réalisée par opération mise en œuvre au sein du logement. Par voie de conséquence, il est possible de faire autant de demandes qu’il y a de travaux éligibles dans le projet de rénovation. Une fois la facture éditée, le demandeur dispose d’un délai de 3 mois pour faire parvenir son dossier à l’obligé qu’il a choisi pour que ce dernier puisse lui verser sa prime CEE.

Enfin, les logements concernés par cette subvention sont aussi bien des maisons individuelles que des appartements. Ils doivent avoir été construits depuis au moins 2 ans pour être éligibles.

Quels sont les travaux de rénovation énergétique concernés ?

Comme évoqué plus haut, les travaux de rénovation énergétique concernés par la prime énergie doivent correspondre aux fiches d’opérations standardisées des CEE. A titre d’exemple :

  • ·        Les travaux d’isolation thermique, qui permettent de réduire les pertes de chaleur au sein du bâtiment. On peut citer l’isolation des combles et de la toiture, des murs, des planchers bas, ou encore le remplacement des fenêtres en simple vitrage par des fenêtres en double vitrage.
  • ·        La mise en place d’appareil de chauffage et/ou de production d’eau chaude sanitaire fonctionnant aux énergies renouvelables, peu énergivores et peu émetteurs de gaz à effet de serre. Par exemple, les pompes à chaleur, les chaudières biomasses, le chauffe-eau solaire ou thermodynamique, ou encore les poêles à granulés et les poêles à bûches.
  • ·        L’installation de systèmes de régulation de chaleur, tels que les sondes de températures extérieures ou les robinets thermostatiques. Ils permettent de mieux contrôler la consommation énergétique et d’ainsi faire des économies.
  • ·        La pose d’un système de ventilation performant et limitant les déperditions thermiques, à l’image de la VMC double flux (ventilation mécanique contrôlée).

Il s’agit d’une liste non exhaustive. Face à la flambée des prix de l’énergie, les aides financières pensées par l’Etat visent à soutenir l’indépendance énergétique du pays.